Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Money, money, money !


Ah Money, money, money ! La vérité sort toujours de la bouche d'ABBA (et ce n'est pas Muriel qui me contredira): Money, money, money, Must be funny In the rich mans world.................
Ici l’opus est de 2006: Friends with money, c’est l’histoire de filles femmes mûûûres qui approchent la quarantaine, aigries, bouffies et la peau des seins qui tombe, ça c’est une méchanceté gratuite de fille aigrie même pas quadra et ça , c'est inquiètant

C’est comme le titre l’indique pas une histoire torride (référence a la tenue de soubrette de J- A) d’américaines upper middle class qui sont très à plaindre parce qu’elles ont beaucoup d’argent et ne savent pas quoi en faire… Les pôvres !!! Bon, évidemment, il y a un petit canard boiteux dans l’histoire : Jennifer Aniston qui ne s’est définitivement pas remise de sa rupture avec Brad, non c’est trop facile… Elle, elle fait des ménages (logique : elle doit être une spécialiste des scènes après ses ruptures cinématographiques et autres… J’arrête !!).

Alors il y en a une qui est styliste, qui refuse de se laver la tête (elle se la prend déjà beaucoup). Peut être que son mari est gay mais il super compréhensif…. L’autre qui ne s’engueule jamais avec son mari parce qu’elle est tellement compréhensive elle aussi… Elle le laisse fumer,pourtant c'est très politiquement incorrect, histoire que les problèmes s’évaporent. De toutes les façons, ils sont millionnaires, ils n’ont pas de problèmes d’argent. Y en a une autre, j’adore cette actrice qui travaille avec son mari at home. Ils sont scénaristes et surélèvent leur maison (lié à un complexe de supériorité du mari visiblement…). Bien sûr, les travaux sont menés de front dans la maison et dans le ménage qui bat de l’aile… Et pis, il y a notre petit canard boiteux, ex prof persécutée dans un lycée huppé, reconvertie en housekeeper, célibataire et fumeuse de H. C’est dire si elle cumule les handicaps.

Au départ, l’intrigue se focalise sur canard boiteux empruntant chez une de ses clientes un peu de bonnes heures pour finalement dresser un panorama de bourgeoises désespérées (eh, oui encore!!!)… L’argent ne fait pas le bonheur… Et puis, finalement vieux volte face : mais il y contribue… Oui, parce qu’elles sont toutes mal dans leurs pompes mais Jenny, après être tombée sur un gigolo falot, entame une conversation téléphonique avec un client-chômeur( le chômeur est un être comme les autres, il a le droit de dépenser l'argent qu'il n'a pas! oui au chômeur consommateur!) à qui elle voulait initialement annoncer qu’elle démissionnait. Jenny a volé une crème à 75 dolls le pot à l'une de ses clientes et a décidé de dire non aux rides à la poussière de tous les autres… Donc au passage, elle s’enlève celle qu’elle a dans l’œil et invite son ex patron pataud/chômeur/charmeur? à un dîner de charité. Et là, crapaud end façon fairy tale, un peu téléphonée quand même… Le chômeur lui avoue qu’il est rentier !!! Et Jenny imagine déjà très bien quelle couleur de rideau, elle va acheter avec cet argent qui ne lui appartient pas… Passionnant, non ?

Sinon 10 18 m’a parlé d’Un crime… Elle m’a dit: "ouais c’était pas mal pour un Manon des Sources à NYC, et pis y avait un chien qui avait un rôle important dans le film mais qui n’était pas inscrit au générique". Trop injuste!! Vous l’aurez compris, 10 18 est une fervente défenseuse de la cause animale et à ses heures perdues, elle conceptualise une BD que j'aimerais bien la voir enfin réaliser!!

Bon, j’ai vu d’autres films cette semaine (Transylvania, Confetti, Une vérité qui dérange) mais je n’ai pas envie d’en parler là, maintenant, tout de suite… Quelqu'un(e) a t il entendu parler de l'accordeur de tremblements de terre et de 12 & holding?

Nananananananananananana...(money, money, money...)

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :